Note réf. : 11043

FONTAINES / EAUX DE BONBONNES

Schéma de principe de l’assainissement de l’air ambiant introduit dans un contenant, lors du soutirage d’une partie ou de la totalité du fluide (liquide et/ou gazeux), initialement conditionné ou entreposé dans le contenant, la technique concernée pouvant également être appliquée au contenu liquide.

Le contenant précité est non limitatif, et correspond aussi bien à la bonbonne d’eau (réfrigérée ou non) de la fontaine à eau qui permet en un lieu privé, à titre d’exemple, de pouvoir extraire un verre d’eau dite potable, qu’une salle ou un bâtiment dont on voudrait changer l’air vicié, à titre d’exemple également, par un air exempt de germes, pathogènes ou non.

L’ exemple ci-dessous concerne un aérosol germicide aqueux réalisé par l’admission d’air de compensation lors du soutirage d’eau potable d’une bonbonne alimentant une fontaine à eau, par barbotage de ce même air dans un mini compartiment d’eau en contact avec une micro charge catalytique, pour un type d’écoulement gravitaire d’eau ; en effet, plusieurs types de fontaines à eau, avec différents modes d’écoulement gravitaire, occupent le marché de cet élément.

Consulter le flyer de la technologie 3.14
Cliquez sur l'image ci-dessus pour consulter la documentation :
"L'accès à l'eau potable pour toutes les populations"


Schéma hydraulique du montage de la charge catalytique,
sur un des types d'appareil du marché

L’exemple ci-dessus ne concerne que l’assainissement de l’air (ambiant) qui pénètre dans la bonbonne d’eau, lors du soutirage (d’eau) par l’utilisateur, en compensation du volume extrait. Le traitement concomitant de l’air et de l’eau est bien évidemment réalisable, mais non décrit  dans la présente note, car il est à priori et par définition non indispensable pour une eau admise potable, en tout cas à l’ouverture du contenant, et d’un coût assurément supérieur au traitement de l’air uniquement.